Dexter Extermination 819-531-7339 ou 819-531-2019

Faites connaissance avec les collemboles

Nom français Collemboles
Nom anglais Springtails
Classe Entognathe

Fiche technique : collemboles

Appelés puces des neiges ou « springtails » en anglais, les collemboles sont classés dans l’embranchement des arthropodes. Dépourvus d’ailes, ils peuvent sauter très haut. Les collemboles jouent un rôle écologique car ils se nourrissent de feuilles en décomposition mais quand ils se retrouvent en grand nombre, plusieurs milliers, voire des millions, cela pose des problèmes dans un jardin ou dans une maison.

Informations générales

  • Sous-embranchement : Hexapode
  • Classe : Entognathe
  • Sous-classe : Collembola
  • Espèce : 8 500 espèces connues dans le monde
  • Alimentation surtout polyphage et saprophage : principalement végétaux en décomposition et micro-organismes
  • Aussi, mycétophage, nécrophage, coprophage et parfois prédateur
  • Habitat : dans le sol à l’abri de la lumière, forêt humide, sous les troncs mais aussi dans les maisons au sous-sol, la cuisine, la salle de bain, près des lavabos et dans les pots des plantes
  • Spécificités : les collemboles sont des champions du saut en hauteur et des acrobaties aériennes : de 50 à 100 fois la longueur de leur corps, parfois 1 mètre de haut.

 

Mode de vie

  • Cycle de vie : 3 semaines, ce qui est très court pour se reproduire
  • Reproduction : les œufs ne sont pas fécondés directement par les mâles. En effet, ceux-ci déposent un spermatophore (sac contenant les spermatozoïdes) près de la femelle ou aux alentours. Celle-ci va ensuite le ramasser afin de fertiliser ses œufs.
  • Ses prédateurs : grenouille, lézard, araignée, insectes, acariens

 

Description physique

  • Longueur : 1 à 5 mm en moyenne (minimum 0,12 mm, maximum 17mm)
  • Description : corps allongé ou globuleux protégé par une fine cuticule (exosquelette)
  • Présence sous l’abdomen chez plusieurs espèce d’un appendice en forme de fourche (furca) servant au saut.
  • De nombreuses espèces n’ont pas cette fourche.
  • Présence d’un autre organe ventral appelé collophore, servant à aspirer des liquides, à adhérer à des surfaces et sert également à la respiration.
  • Couleur : gris foncé, jaune pâle, brun foncé avec parfois des exosquelettes très colorés

 

Signes de présence

  • On peut trouver de 50 000 à 400 000 collemboles par mètre carré
  • Un tas de points noirs amassés semblables à des grains de poivre
  • Une grappe de milliers de collemboles agglutinés

 

Prévention

  • Déshumidifier les zones d’infestation : couper le bois mort, retirer les feuilles mortes
  • Retirer les souches en décomposition situées à proximité de l’habitation
  • Réduire l’utilisation de paillis dans les plantes situées autour de la maison
  • Aérer les pièces régulièrement, poser des systèmes de ventilation
  • Supprimer l’humidité dans les zones infestées, grâce à des VMC ou déshumidificateurs
  • Vaporiser des insecticides mais les collemboles sont très résistants malgré leur taille minuscule et les insecticides peuvent être toxiques
  • Verser de l’eau bouillante sur les grappes de collemboles, mais c’est très peu efficace

Un insecte d’hiver souvent remarqué sur la neige

Des collemboles dans la neigeUn insecte qui se déplace en bande de plusieurs millions de congénères n’est pas commun, surtout…en plein hiver ! La plupart des gens confondront ce phénomène avec une accumulation de détritus (petits points noirs semblables à du poivre) comme on en trouve souvent au bord des routes à la fonte des neiges. Détrompez-vous ! Il s’agit là d’une accumulation de collemboles, par millions.

Le collembole, puce de neige ?

Le collembole est un insecte dépourvu d’ailes, mais possédant son mécanisme unique bien à lui : il possède un appendice fourchu (furcula) qui lui permet de sauter comme une puce (puce de chat).

Des collemboles dans la maison !

Les collemboles sont des insectes saprophages (qui se nourrissent principalement de végétaux en décomposition et de micro-organismes). Il existe également certaines espèces phytophages (qui mangent du feuillage et des plantes) et également des carnivores.

Les collemboles ne sont pas trop exigeants quant à leur habitat: sol, tronc d’arbre, etc. Le vrai problème est lorsqu’ils se retrouvent à proximité de notre domicile.

Une taille favorable à l’intrusion chez vous

Ils réussissent à s’infiltrer à l’intérieur des maisons, favorisés par leurs tailles (moins d’un millimètre) et nous n’avons pas besoin de mentionner que lorsqu’un million de collemboles côtoient votre propriété, il y en aura plus que quatre ou cinq qui s’y infiltreront.

Dans les maisons, les collemboles se regroupent dans le sous-sol, la cuisine et la salle de bain, près des lavabos et dans les pots des plantes d’intérieur. Les rénovations intérieures au plâtre et au ciment encore frais, constituent des lieux préférentiels pour ces insectes nuisibles.

Des millions d’insectes en grappe !

Insectes grégaires (ils vivent en groupe), les études montrent que ces bibites sont attirées par les phéromones de leurs semblables. Cela explique le fait que nous les rencontrions en nombre saisissant.

Ils s’abritent sous les premiers centimètres du sol. Ils ne sont visibles que lorsqu’il y a du soleil et aussi surprenant que cela puisse paraître, ils peuvent disparaître sous terre en quelques secondes lorsque le soleil ne rayonne plus.

Se protéger d’une infestation ?

Collembole MicroscopiqueIl n’y a pas vraiment de truc magique à faire par soi-même. Beaucoup de gens nous ont contacté à propos de ce problème après avoir essayé des solutions telles que: l’eau bouillante, l’eau de javel, insecticides de grandes surfaces, etc.

  • Le problème, c’est que les collemboles sont résistants à de nombreux insecticides;
  • La plupart des insecticides n’ont aucun effet sous 0 degré centigrade;
  • S’ils ne sont pas rapidement traités, ils peuvent être très envahissants;
  • Déshumidifier les zones d’infestation est une bonne option.

Solution désinfestation garantie !

Un exterminateur peut avoir recours à des produits ayant des effets à long terme pouvant prévenir leur intrusion ou éliminer leur infiltration s’ils sont déjà entrés.

Vérifiez leur arrivée par les journées ensoleillées du printemps.