Dexter Extermination 819-531-7339 ou 819-531-2019

LES MOUSTIQUES

Renseignements généraux

Généralement considéré comme une nuisance, le moustique est un très petit insecte qui est connu pour transmettre des maladies, dont la plupart sont nuisibles aux êtres humains et aux animaux. Bien que le moustique femelle consomme habituellement du nectar, il doit aussi se nourrir de sang, ce qui comprend le sang d’animaux et d’êtres humains, pour produire des œufs. On estime à 74 le nombre d’espèces de moustiques au Canada, dont 60 sont connues pour piquer les êtres humains et les animaux. L’espèce de moustique (Aedes) est la plus problématique et elle est présente partout au pays.

Identification

Le corps du moustique adulte, comme les autres insectes, est composé de trois parties : la tête, le thorax et l’abdomen. Sur le thorax, il y a trois paires de longues pattes, une paire d’ailes membraneuses et écailleuses, et des haltères situés à l’arrière des ailes. La forme, le motif et la couleur des écailles sur les ailes varient selon l’espèce. Le corps est généralement mince avec de longues pattes, mesurant environ 4 à 10 mm de longueur. La tête est munie d’un rostre pour s’alimenter, dont la forme est modifiée chez la femelle en une pièce buccale pointue que l’on nomme « stylet », qui permet à l’insecte de piquer et de sucer le sang de ses victimes. Les antennes du moustique mâle sont longues et plumeuses, alors que celles de la femelle sont légèrement recouvertes de poils.

Habitat

Les moustiques se reproduisent généralement dans l’eau stagnante, étant donné que le courant d’eau dans les ruisseaux peut détruire les œufs, les larves et les pupes. De bons exemples d’habitats sont les collecteurs d’eaux pluviales, les endroits inondés, les trous d’arbre, les vieux pneus, les bains d’oiseaux, les pots de fleurs, et partout où l’eau peut s’accumuler pendant plus de trois jours. Quand ils ne sont pas à la recherche d’un repas de sang, les adultes se reposent généralement dans la végétation haute, à l’ombre ou près d’une source d’eau, ou dans d’autres lieux protégés. L’activité des moustiques est plus importante lorsque le temps est nuageux ou dans les endroits couverts, plutôt que les endroits exposés à la lumière du soleil.

Alimentation

Le mâle et la femelle de toutes les espèces de moustique se nourrissent de sucre, ce qui comprend le nectar, le miellat, le jus de fruit, et les autres sécrétions de plantes. Pour la production d’œufs, la femelle doit aussi se nourrir de sang; par conséquent, il n’y a que la femelle qui inflige des piqûres. Les moustiques sont moins spécifiques à l’égard de leurs préférences d’hôtes : ces préférences sont déterminées par l’espèce de moustique, l’accessibilité d’un hôte, et l’environnement. Parmi les hôtes possibles, on retrouve les mammifères, les oiseaux, les reptiles, et les amphibiens. La plupart des espèces des régions arctiques se nourrissent d’animaux à sang-chaud. Les larves se nourrissent d’un grand nombre de micro-organismes (morts ou vivants), qui proviennent des milieux aquatiques dans lesquels elles vivent, notamment les algues, les bactéries, les champignons et même les épaves de mer.

Cycle de vie

Les moustiques pondent leurs œufs (isolément ou en groupe) à la surface de l’eau ou près d’une source d’eau de façon à constituer un radeau. Les œufs peuvent éclore selon l’un des deux moyens : éclosion-directe ou éclosion-différée. L’éclosion-directe signifie que les œufs sont déposés à la surface de l’eau stagnante, et ils éclosent après deux ou trois jours. L’éclosion-différée, pour sa part, signifie que les œufs sont déposés dans un substrat humide, et ils subissent une période de sécheresse nécessaire pendant plusieurs jours ou semaines, puis éclosent lorsqu’ils sont submergés dans l’eau. Une fois écloses, les larves doivent subir quatre stades larvaires avant de passer au stade de pupes. Les larves se nourrissent au moyen de filtres et respirent à l’aide d’un conduit d’air attaché à l’extrémité de leur abdomen. Chaque étape larvaire est soumise à divers facteurs (densité, température, approvisionnement alimentaire). Le stade larvaire (pupes) ne dure que deux ou trois jours, puis les adultes émergent. Les moustiques mâle meurent habituellement dans les quelques jours suivant l’éclosion, l’alimentation et la reproduction. Les femelles consomment des repas de sang et pondent des œufs à plusieurs reprises durant leur vie, qui s’étend habituellement de quelques semaines à plusieurs mois.

Les problèmes causés par les moustiques

Au Canada, on considère la plupart des moustiques plutôt comme une nuisance qu’un porteur de maladie, malgré le fait que quelques espèces sont connues pour la transmission de maladies. Il peut être très agaçant d’avoir des moustiques qui bourdonnent et qui volent autour de vous, ayant le pouvoir d’infliger des morsures douloureuses, irritantes et distrayantes, en plus d’interrompre vos activités en plein air. Les piqûres de moustiques peuvent aussi causer beaucoup d’ennuis pour le bétail, ce qui peut entraîner des conséquences graves. Les moustiques peuvent transmettre des agents pathogènes et des parasites qui causent certaines maladies, dont les plus connus sont le plasmodium qui est responsable pour le paludisme, le virus du Nil occidental, le complexe du virus de l’encéphalite, et la filaire des chiens.

Les signes d’une infestation

Généralement, on peut reconnaître une infestation de moustiques par les signes suivants : le bourdonnement d’une femelle en vol, les piqûres, l’observation de moustiques adulte au repos durant le jour sur les murs, la végétation, ou d’autres endroits semblables. La présence de larves peut aussi être un signe courant : des larves dans l’eau stagnante, attachées à la végétation ou les objets dans l’eau. Quand elles sont perturbées, elles plongent dans l’eau. La présence de larves et de pupes montrent que la reproduction est active.

La prévention des moustiques

Le meilleur moyen de prévenir les infestations de moustiques est d’éliminer les sites de reproduction. Il faut inspecter les cours-arrière ou la propriété pour des lieux de reproduction possibles. Tout récipient qui peut contenir de l’eau pendant plus de trois jours doit être éliminé. S’il n’est pas possible, comme dans le cas des bains d’oiseaux ou des pots décoratifs, il faut s’assurer de les vider chaque semaine pour interrompre le cycle de croissance. Veuillez mettre au niveau ou remplir les fossés ou les trous inutiles. Gardez les étangs et les fontaines libres de mauvaises herbes ou de végétation, et assurez-vous de garder un courant d’eau régulier afin de prévenir la ponte d’œufs et la reproduction. Il est important d’entretenir la végétation pour éliminer les lieux de repos des adultes. À grande échelle, les communautés locales peuvent manipuler les systèmes de gestion des eaux à l’aide de fossés et de digues, et en adaptant les collecteurs d’eaux pluviales et les puisards. Pour vous protéger, l’utilisation d’un insectifuge et le port de vêtements de couleur pâle et de chemises à manches longues, aideront à réduire les piqûres. En cas d’une infestation généralisée, veuillez consulter un professionnel de lutte antiparasitaire.