Dexter Extermination 819-531-7339 ou 819-531-2019

Souris: dommages et solutions

Nom français Souris, Souris domestique
Nom anglais Mouse, House mouse
Nom latin Mus musculus
Classe Mammalia
Ordre Rodentia
Famille Muridae

Fiche technique : souris

Vive, fertile et intelligente, la souris est un rongeur social qui vit en groupes très bien organisés. Mais attention, bien que timide et discrète, la souris peut transmettre des maladies via ses excréments.

Informations générales

  • Mammifère rongeur placentaire
  • Famille des Muridés (qui regroupe aussi les rats, campagnols, mulots…)
  • Espèces classées dans l’ordre des Rodentia
  • Genre : Mus
  • Alimentation : granivore / omnivore
  • Habitat : champ et habitation(elle aime la viande)

 

Mode de vie

  • Espérance de vie de la souris : de 2 à 3 ans maximum
  • Reproduction : vivipare rapide
  • Nombre de portées par an : 4 à 8
  • Nombre de petits par portée : 6 à 12
  • Sevrage des souriceaux : 5 semaines
  • Ses prédateurs : reptiles (serpents), oiseaux rapaces, autres mammifères (renard, félin…)

 

Types de souris au Canada

  • la souris grise (la plus commune)
  • la souris-moissonneuse
  • la souris sylvestre
  • la souris des cascades
  • la souris de sitka
  • la souris à pattes blanches
  • la souris à bretelles

 

Description physique

  • Longueur : 6 à 10 cm environ (+ 10 cm pour la queue)
  • Poids : 20 à 50 g
  • Couleur : gris, noir ou blanc

 

Signes de présence

  • Excréments, crottes
  • Mauvaises odeurs
  • Nourriture rongée dans les placards
  • Fils électriques rongés
  • Bruit de déplacement (majoritairement la nuit)

 

Prévention

Le moyen le plus efficace et le plus naturel pour s’assurer de ne pas avoir de souris est de bien calfeutrer le bâtiment visé.
D’autres moyens à utiliser :

  • Calfeutrer les fissures des portes et fenêtres mais aussi les accès aux tuyaux et canalisations
  • Nettoyer les placards de cuisine et derrière les meubles
  • Conserver les aliments dans des bocaux et sacs hermétiques
  • Avoir une bonne gestion des ordures ménagères : ne pas laisser les sacs poubelles s’empiler
  • Installer des pièges à souris pour les capturer ou des graines empoisonnées (mais attention le poison domestique est souvent toxique et peut faire pourrir l’animal, tenir éloigné les animaux domestiques et les enfants)
  • Conserver un gazon court et éviter les herbes/plantes longues

La souris, gratteuse nocturne, grugeuse de structures, sympathique aux uns, véritable phobie pour les autres peut être la cause de dommages allant jusqu’à l’incendie. Son extermination ne doit pas être prise à la légère d’autant qu’un nid, on le sait, est fort prolifique.

La souris et votre maison

Bien connue pour ses capacités reproductives, la souris peut avoir cinq à huit portées de dix souriceaux par an. Elle se réfugie à l’intérieur au moment du froid, ou parce qu’elle a identifié une source de nourriture. Elle aime le grenier, parce qu’il présente souvent un accès au reste de la maison (accès via des conduites techniques, plomberies, fils électriques). Animal principalement nocturne, ses grattements la nuit trahissent sa présence…indésirable.

Les dommages qu’elle cause dans les maisons

La souris est considérée comme un animal sale, porteur de maladies. S’il est vrai qu’elle engendre une phobie irrépressible chez certaines personnes (à l’instar de l’araignée), et qu’elle est éventuellement porteuse de virus, c’est l’odeur d’urine et ses crottes séchées qu’elle dépose un peu partout qui va plutôt affecter votre confort et vos réserves de nourriture et ce, pas seulement parce qu’elle la grignote mais plutôt parce qu’elle la souille au contact de son pelage graisseux.

Par ailleurs, son besoin de ronger pour limiter la longueur de ses dents qui poussent sans discontinuer affecte:

  • Les structures de bâtiments;
  • Les circuits de fils électriques.

C’est ce dernier point qu’un propriétaire va redouter, parce que les risques induits d’incendie sont réels et avérés.

Prévention traitement

Prévention et pièges à souris

Prévenir pour se protéger d’une invasion, c’est d’abord identifier les points d’entrées dans la maison et ce de la cave au grenier: en effet un trou du diamètre d’une pièce de 10 cents suffit à favoriser ses déplacements!

Dans un chalet peu habité, on enfermera éventuellement les réserves de nourritures dans des boîtes hermétiques robustes. Pièges ou trappes à souris, appareils à ultra son, il existe une batterie complète de « patentes » qui font une part du travail mais laissent le doute quant à la quantité d’individus circulant dans les cloisons.

En effet 99% des gens imaginent qu’ils n’ont qu’une seule souris, alors que ce rongeur vit en société parfaitement organisée. Cela inclut les poisons « résidentiels » qui laissent bien souvent les cadavres pourrir entre deux cloisons où se développeront éventuellement des asticots qui empesteront la pièce adjacente; pas vraiment une situation idéale.

Le travail du dératiseur

L’exterminateur spécialiste des rongeurs

C’est souvent après plusieurs vaines tentatives que les victimes d’invasion de souris appellent l’exterminateur, regrettant l’argent précédemment investi en pure perte.
Les moyens à mettre en œuvre varieront selon le nombre et la race de l’animal. Ces moyens s’apparentent à ceux utilisés contre les rats. Identification des accès, appâts professionnels, répartition avisées des pièges, rebouchages des circuits de circulation.